D'Aulnay-de-Saintonge à St-Jean-d’Angely

Trajet de 23 km

Le chemin traverse des champs à perte de vue, des rivières bordées de peupliers. Le chemin est facile.

Aulnay-de-Saintonge, l’église St-Pierre
Classée au patrimoine mondial par l’UNESCO dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, l’église Saint-Pierre-d’Aulnay (XIIe siècle) est un chef-d’œuvre de l’art roman français et poitevin. À la périphérie du bourg, entourée de cyprès, elle est un "véritable livre de pierre". 
La façade ouest illustre magnifiquement le « Sermon Saintongeais ». Différents thèmes sont sculptés : les travaux des champs, les signes du Zodiaque ; la parabole des Vierges sages et des Vierges folles ; les Vices et les Vertus en lutte... Le tympan du portail de gauche représente la crucifixion de Saint-Pierre, la tête en bas ; le tympan du portail de droite est orné d’un Christ en Majesté entouré de deux apôtres : Saint-Pierre et Saint-Paul, des traces de polychromie sont encore bien visibles. 
Joyau de l’église, le portail sud est célèbre pour son fabuleux bestiaire de zoologie où se trouve, entre autres, l’âne musicien. Les vieillards de l’Apocalypse, les prophètes et les apôtres figurent sur les autres voussures. 
À noter : la délicatesse et la subtilité de la petite voussure ornée de centaures et de griffons qui s’ébattent dans des entrelacs. 
À l’intérieur, la voûte de la nef est en berceau brisé. Elle est dotée de deux collatéraux. De magnifiques et nombreux chapiteaux sculptés font le décor : des motifs de végétaux (palmettes, entrelacs, etc), d’animaux fabuleux (griffons, grosses têtes aux yeux globuleux), des représentations de Samson et Dalila, Caïn et Abel, Samson et le lion ou encore Adam et Eve. Cependant, par sa perfection et son caractère insolite, le chapiteau des éléphants est une exception. Le sculpteur y a gravé : « Hi sunt elephants », « ce sont des éléphants ». 
À côté de l’église, l’ancien cimetière recèle une croix hosannière du XVe siècle et des tombes du XIXe siècle.

St-Jean-d’Angély, l’Abbaye Royale et les tours
Fondée en 817 par Pépin, fils de Charlemagne, l’Abbaye Royale eut au Moyen Âge un immense rayonnement dans l’ouest de la France. Elle fut une étape majeure du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
Ravagée par les Vikings, elle fut reconstruite au XIe siècle. À nouveau saccagée pendant la guerre de Cent Ans, démolie par les Protestants au XVIe siècle, elle trouve des murs nouveaux et le repos au XVIIe siècle. Malgré ces malheurs, l’abbaye conserve un portail d’entrée monumental, une vaste cour d’honneur, le dortoir, l’infirmerie, le logis de l’Abbaye aux Dames. Malgré ces malheurs, l’abbaye conserve un portail d’entrée monumental, une vaste cour d’honneur, une salle capitulaire et trois salons d’honneur. Aujourd’hui, l’abbaye accueille la médiathèque, l’école municipale de musique et le Centre de Culture Européenne, dédié à la promotion de l’identité européenne. L’Abbaye Royale est un magnifique lieu de résidence au cœur de Saint-Jean d’Angély avec ses 37 chambres. Elle demeure une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle poursuivant ainsi une tradition séculaire d’échanges culturels. 
Les tours de l’abbatiale (5e reconstruction) ont échappé à la ruine. Hautes de 35 mètres, elles offrent aujourd’hui un beau point de vue sur la ville et la campagne.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle 

Suivez-nous